arrow_downward
arrow_upward

Katinka Bock

camera_alt 22.01-06.03.21

SENSING SATELLITE by Fallon Mayanja

slideshow 04.12.21, 17:00

Partie 1 - Camille & Ulysse

videocam 02.12.21, 19:00-21:00

Partie 2 - Narratives about Earth

videocam 03.12.21, 19:00-21:30

Partie 3 - Caring is/in the future

videocam 04.12.21, 14:00-18:00

Partie 2 - Narratives about Earth

Avec la projection de films de Ben Rivers (Urth) et Ursula Biemann (Twenty One Percent)
Avec des interventions de Jennifer Gabrys (Being Planetary as Praxis), Adam Searle et Jonathon Turnbull (Anthropause and Resurgent natures)

La deuxième soirée intitulée Narratives about Earth proposera une réflexion critique sur le rôle et l'impact de recherches scientifiques et évolutions technologiques qui soulignent la domination et les limites de l’anthropocène. Les œuvres et discussions questionnent aussi l'interaction de la science et de la science-fiction pour entrevoir la façon dont cette dernière peut aussi soutenir le déploiement de nouvelles connaissances scientifiques. En outre, nous verrons comment les bouleversements écologiques et sociaux actuels impulsent de nouvelles théories scientifiques propices à d’autres modèles de coexistence avec l’environnement.

Réserver un ticket

PROGRAMME

19:00
Projection de Urth, Ben Rivers, 2016
20 minutes, Couleur, Stéréo, 16:9
Format d’origine: 16 mm argentique
Courtesy de l’artiste et LUX

La dernière femme sur Terre. Filmé à l'intérieur de Biosphere 2 en Arizona, Urth est une méditation cinématographique sur les expérimentations ambitieuses, les environnements construits et les visions du futur. Le texte, écrit par Mark von Schlegell, se lit comme les derniers instants du journal d'une femme enfermée dans un environnement impitoyable. Le film examine ce qu'un projet tel que Biosphere 2 pourrait signifier aujourd'hui et dans un avenir proche, en termes de relation entre l'humanité et le monde naturel.

19:20
Présentation de Adam Searle and Jonathon Turnbull

Depuis le début de la pandémie de COVID-19, le Dr Adam Searle et Jonathon Turnbull travaillent en collaboration avec le professeur Jamie Lorimer et le professeur Bill Adams sur divers projets qui examinent comment les relations homme-nature ont été reconfigurées pendant l'Anthropause. En commençant par une exploration théorique des récits de résurgence de la nature dans les villes fermées, ils ont ensuite étudié de manière empirique le rôle des technologies numériques et des groupes de naturalistes en ligne dans la facilitation des relations conviviales entre l'homme et la nature, notamment par le biais d'une ethnographie du Self-Isolating Bird Club. Ils ont également mené un vaste travail de terrain sur la façon dont les relations des humains avec les espaces verts locaux ont été affectées par la pandémie.

20:00
Projection de Twenty One Percent, Ursula Biemann, 2016
18 minutes, Couleur, Stéréo
Courtesy de l’artiste

Dans cette petite formation de chimie atmosphérique, des êtres volants et pensants émergent grâce à la forte teneur en oxygène de l'air, due à la couverture forestière et végétale de la terre. Au milieu de la forêt oxygénée, un artiste de science-fiction manipule une multitude d'ingrédients - minéraux, fruits de la forêt, liquides et substances - dont certains sont reconnus comme des aliments humains potentiels, d'autres non. De l'échelle du cosmos à celle de la cuisine, la vidéo entreprend une enquête empirique sur la puissance des éléments chimiques.

La vidéo met en avant les matérialités et les processus par lesquels les corps humains et autres corps organiques sont maintenus en vie, intensifiant les relations avec le monde, qui est subtil, multiple et vivant. Cela se fait en pleine conscience du fait que c'est la composition chimique de l'univers qui constitue la matérialité sur terre. Le fait de bricoler la composition chimique de l'atmosphère n'a pas seulement un impact sur le climat de la Terre, il affecte directement la capacité de penser qui a permis la conception de technologies qui ont modifié la chimie planétaire.

Twenty One Percent est conçu en collaboration avec l'artiste et performeur suisse Mo Diener.

20:20
Conférence par Jennifer Gabrys

Jennifer Gabrys donnera une conférence sur le thème du planétaire et exposera le concept de “Being Planetary as Praxis” qui inspire l'éthique de son groupe de recherche.

21:00
Discussion autour d'un verre

Biographies

Ursula Biemann est artiste, auteure et vidéaste. Sa pratique artistique est fortement orientée vers la recherche et implique un travail de terrain dans des endroits reculés, du Groenland à l'Amazonie, où elle étudie le changement climatique et les écologies du pétrole, de la glace, des forêts et de l'eau. Dans ses vidéos complexes, l'artiste entrelace de vastes paysages cinématographiques avec des séquences documentaires, de la poésie SF et des recherches universitaires pour raconter une réalité planétaire en pleine mutation. La pratique pluridisciplinaire de Biemann couvre un large éventail de médias, dont la vidéo expérimentale, l'interview, le texte, la performance, la photographie, la cartographie, la scénographie, et les matériaux, qui convergent pour former des installations dans l'espace. De récents voyages sur le terrain l'ont conduite dans la forêt amazonienne et dans la région arctique, où elle s'est intéressée aux grandes temporalités du changement climatique dans le cadre du projet Forest Law, Deep Weather, Subatlantic and Acoustic Ocean, amplifiant ainsi les discussions actuelles sur l'écologie, la communication multi-espèces et la création d’un monde alternatif par la vidéo. Le protagoniste principal de ces récits récents, et notamment de sa dernière pièce, Forest Mind, est la figure du scientifique indigène qui émerge d'une histoire partagée entre colonialisme et science moderne.

Jennifer Gabrys est titulaire de la chaire Médias, culture et environnement au département de sociologie de l'université de Cambridge. Elle dirige le groupe de recherche Planetary Praxis et mène le projet Smart Forests : Transforming Environments into Social-Political Technologies qui est financé par le CER. Elle dirige Citizen Sense et AirKit, deux projets de recherche participatifs et empiriques portant sur la pollution atmosphérique et l'engagement des citoyens, qui sont également financés par le CER. Elle écrit sur les technologies numériques, les environnements et la vie sociale. Parmi ses publications récentes nous pouvons citer How to Do Things with Sensors (2019), et Program Earth : Environmental Sensing Technology and the Making of a Computational Planet (2016). Son dernier livre, Citizens of Worlds : Open-Air Toolkits for Environmental Struggle, est disponible en ligne sur Manifold en tant que tentative de publication en libre accès. Elle est également co-éditrice de la série de monographies courtes Planetarities publiée par Goldsmiths Press. Son travail est visible sur planetarypraxis.org et jennifergabrys.net.

Ben Rivers est un artiste et un cinéaste expérimental basé à Londres dont la pratique se situe entre documentaire et fiction. Souvent, il suit et filme des personnes qui, d'une manière ou d'une autre, se sont retirées de la société. Les séquences brutes fournissent à Rivers un point de départ pour créer des récits obliques imaginant des existences alternatives dans des mondes en marge. Rivers utilise souvent des supports analogiques et développe à la main des pellicules 16 mm, qui portent la trace des éléments auxquels elles ont été exposées - la matérialité de ce support devient alors partie intégrante du récit.

Adam Searle est un géographe environnemental et culturel dont les recherches portent sur les relations entre les humains, les non-humains et les technologies. Bien que ses recherches soient axées sur les sciences écologiques et environnementales, il s'intéresse davantage aux facteurs qui poussent les écologistes à poser certaines questions plutôt qu'à la production de connaissances scientifiques proprement dite. Ses recherches couvrent, entre autres, les tendances disciplinaires de la géographie culturelle et environnementale, les études scientifiques et technologiques, ainsi que les sciences sociales et humaines connexes. En 2021, il a cofondé le groupe de recherche Digital Ecologies. Ses travaux ont été publiés dans Dialogues in Human Geography, Cultural Anthropology et le Geographical Journal. Avec Jonathon Turnbull et Bill Adams, il a publié un article sur le potentiel politique des rencontres numériques avec la vie non humaine numérisée dans le Journal of Environmental Media. Il a récemment écrit sur la possibilité d’utiliser le médium du film comme technique de recherche géographique pour comprendre la vie et les espaces des animaux dans la ville.

Jonathon Turnbull est un géographe culturel et environnemental basé à l'université de Cambridge. Sa recherche doctorale porte sur le retour de la nature dans la zone d'exclusion de Tchernobyl en Ukraine, où il travaille depuis deux ans avec des scientifiques qui étudient différents aspects de l'écologie de la zone, en particulier les chiens et les loups. Jonathon est cofondateur du groupe de recherche Digital Ecologies et mène également des recherches sur les géographies bovines, la réalisation de films au-delà de l'humain, COVID-19 et la nature, et diverses relations homme-animal numérisées.